Fred's Diary

Matriochka


Je rentre de Moscou où j’ai passé 3 jours en promotion avec Audrey Tautou pour son dernier film « la délicatesse » (excellent film d’ailleurs).

Je ne suis pas fan de la Russie. J’y suis allé plusieurs fois déjà, toujours pour bosser, et je n’ai toujours pas compris ce pays.
La froideur y est une tendance générale, aussi bien la température que les gens. Peut-être qu’on résiste mieux au froid en faisant la gueule, qui sait…
Heureusement, Audrey était là pour m’aider à vivre les choses dans la bonne humeur. C’était la première fois pour elle là-bas. Ils l’attendaient comme le messie. C’est un peu LA représentation de la France pour eux. Bah oui forcément, Amélie Poulain, quoi de plus frenchy, Parisien, Montmartre…
On a eu droit à la visite privée du Bolchoï (qui est juste un des plus beaux théâtres du monde), là où le Lac des Cygnes est né (Tchaïkovski). Je marchais seul sur cette scène mythique, ému par la grandeur, les moulures, et l’Histoire. A deux doigts de me transformer en Natalie Portman dans Black Swan.

Cette exposition incroyable aussi, avec ces ENORMES Matriochkas, les plus grandes du pays… fou.
La Matriochka c’est une poupée, représentant une « grosse russe », qui contient une dizaine d’autres poupées de plus en plus petites, pour arriver à un « bébé russe ».

Comme des couches qu’on enlèverait les unes après les autres, comme des cheveux longs qu’on couperait petit à petit pour laisser apparaître un nouveau « soi ».

C’est à l’intérieur de soi qu’on trouve ce que l’on a envie d’être je crois. Vouloir la même chose qu’untel ou l’apparence d’un autre est souvent la mauvaise direction.

« Etre » c’est exprimer ce que l’on est « au fond ».

ET VOUS, vous êtes qui au fond ???


PARTAGER /31 Commentaires

  1. Ce que j’aime dans les matriochka c’est que la toute petite caché dans les plus grosses est identique aux grosses. Elle est juste plus précise, plus subtile.
    C’est un peu comme ça que ça fonctionne pour nous aussi. Etre simplement plus précis dans notre approche de nous même.

    Marcher sur la scène du Bolchoï…ça ça doit être incroyable.

  2. Wahou! Elles avaient l’air magnifiques ces matriochkas!
    Je suis de ton avis, il faut prendre le temps de s’écouter pour savoir qui l’on est et ce que l’on veut vraiment. Personne d’autre ne peut nous le dire. Et vivre en choisissant son propre chemin est surement la chose la plus exitante et donnant le plus grand sentiment de liberté au monde!

  3. Très beau billet ! Merci. A propos des matriochkas, la légende dit que la petite dernière ne s’ouvre pas car elle contient le secret de la vie.

  4. Je peux avoir la même matriochka dans mon salon ? Bah quoi, j’en ai déjà une posée sur mon étagère, c’est pour compléter ma collection…
    Trouver son identité, son originalité met parfois du temps… Je pense qu’il faut bien se connaitre, faire le tri entre les diktats imposés par les différentes modes, (re) connaitre ses réels goûts, envies. oser être soi même et s’approcher de plus en plus de son VRAI soi…
    Qui suis-je ? Une boule de contradictions mais je vis très bien avec… Sérieuse en apparence mais rebelle dans l’âme… Surtout ce qui me plait c’est de savoir que ce je suis intimement personne n’y aura accès, c’est mon jardin secret, cela me constitue et fait la somme des mes défauts et qualités… Mais chut !!!

  5. Vi mais la dernière poupée, c’est la MÊME que la première poupée en petit non? Si je savais peut-être que je te le dirais, mais je ne sais pas encore. J’ai encore beaucoup de poupées gigognes à ouvrir avant d’arriver à la première. J’ai toujours rêvé de Russie. Je crois que les gens sont des fous magnifiques là-bas. De grands artistes. (de grands dépressifs….aussi mais chut). Aller passer des vacances dans une datcha en bois, c’est mon but dans la vie. Quant au bolchoï, c’est magique d’avoir pu y aller comme ça pouf pouf. Merci de nous faire voyager mr Fred.

  6. Adorable! Peut-être que j’irai voir ce film cette semaine, il a l’air trop… délicat! Ah… la question de notre identité, c’est bien complexe! Moi j’y travaille, mais parfois c’est pas gagné, on a envie de suivre les autres, comme des moutons qui se rendent à l’alpage!
    Beee Bê

  7. J’ai des origines russes (mes arrières grands parents ont fui leur pays pendant la révolution) et je ne pense pas que les Russes soient froids, mais c’est vrai que le contexte actuel du Pays est très difficile et les Russes se méfient de tout le monde, certains sont très hautains et se croient supérieurs (je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs !), mais l’âme slave, celle que l’on retrouve encore dans l’art (littérature notamment, mais aussi la danse etc) a vraiment un tempérament passionnée, ce qui est le contraire de la froideur.
    Mes arrières grands parents étaient, paraît-il, de sacrés personnages !! Je crois qu’il y vivre plus longuement pour les comprendre.
    Bises et quelle chance de connaître Audrey, une femme que j’adore !!!

  8. les matriochka m’angoissent. j’en avais reçu de ma grande-mère quand j’étais petite, je n’arrivais pas à comprendre le sens de ces être qui se répètent identiques, mais en plus petit ou en plus grand et évidemment j’avais immédiatement perdu le bébé (qui détient le secret de la vie etc…). maintenant je peux voir que c’est parfois des chefs d’œuvre.

  9. la vrais moi est un peu comme une poupée russe, il faut creuser un peu pour la trouver…. elle est si souvent cachée derrière des masques que la vie ou les circonstances nous obligent a porter…. heureusement il y a les week ends sans les masques !!!!!

  10. Si tu veux voir des gens chaleureux, faut venir au Portugal, à Porto! Ça fait 4 ans que j’y vis, et je suis encore surprise chaque jour comme les gens sont sympas, du chauffeur de taxi au garçon de café en passant par le contrôleur de train! C’était bizarre, après Paris, un endroit où les gens te regardent vraiment!

  11. au fond du fond ??
    cette année de renouveau m’a appris bien des choses…
    une belle corse bien racée =) un peu teintée de banlieusarde du 93, qui a fait du skate, qui adore le rock et la folk, qui vit comme une hippie avec ses cheveux et avec les garçons =)
    qui fait du patchwork moderne et adore les sioux, l’amérique profonde et les représentations mexicanisantes de la religion (tatouage du christ sur tout le dos ou le coeur). d’ailleurs j’adore aussi l’esthétisme slave comme tes matriochkas (chargé quoi).
    bref un gros melting-pot

  12. Eh, je comprends un peu ton avis sur la Russie… Je voulais savoir si t’étais déjà en Pologne et si oui, comment tu trouves ce pays et ces gens….Pour moi, après tant des années passées en Suisse, depuis mon émigration, les Polonais tirent aussi la gueule… Malgré eux, peut-être aussi on les perçoit ainsi et ils sont juste trop fiers et ils se prennent terriblement au sérieux…??
    Belle journée
    Anna

  13. Cher fred , cela fait maintenant plusieurs mois que je bave devant chacune de tes videos.

    Je t’écris aujourd’hui , car je pense que tu es le mieux placé pour me guider . ( Oui oui oui ! )
    Apres 3 ans d’études en arts appliqués , je pense me reconvertir dans la coiffure , non pas pour bosser dans un salon toute ma vie , mais plutot suivre le meme parcours que le tiens ( Plateaux télé , cinema , tournée etc . )
    D’ailleurs en parlant de parcours , j’aimerais beaucoup que tu me racontes le tiens , tes tout debuts .
    Et que tu me donne le bon filon .
    Je suis un peu , beaucoup , carrément perdue !

    Je t’en remercie d’avance .

    Marin .

  14. Attends, t’es le « coiffeur attitré » de Mélanie Laurent, Vanessa Paradis et en plus Audrey Tautou!!!!
    C’est pas comme si c’était en gros mes 3 actrices française préférées (Bérénice Béjo vient récemment d’entrer dans mon top-je-ne-sais-pas-combien-exactement), mais bon un peu quand même quoi!!!!
    Je suis amazed là 😀

  15. Je viens de découvrir sur Expresse Styles (Café Mode de Géraldine Dormoy-Tungate) la liste des Blogs en français, dont le tien et, j’ai décidé de le parcourir immédiatement. J’ai eu l’occasion de voir de très beaux styles et galeries photos, lire de très intéressant articles et commentaires, apprendre les caractéristiques des poupées Matriochka qui s’emboitent les unes dans les autres et, dont la plus petite qui ne s’ouvre pas contient, selon la légende, « le secret de la vie »…
    Jeune blogueuse de Strasboug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *