Fred's Diary

I’m like Afro

Ah le cheveu Afro !!! Je le connais mal. Il me fait un peu peur je crois. Quand je me balade dans les quartiers black à la recherche de perruques et mèches folles, je sens toutes les histoires de cheveux qui les entourent.

J’ai fait ce film sans trop savoir où j’allais. Je me suis vite aperçu que je pourrais faire 43 longs-métrages sur le sujet.
Ce p’tit docu aborde les grandes lignes qui me semblent importantes:
– L’intégration, ou comment en tant qu’immigré je dois changer mes cheveux pour m’intégrer.
– La transmission, ou comment je transmets à mes enfants le « savoir » du cheveu afro.

J’aime les éclats de rire de ce film, les petits moments de vie autour de leurs cheveux qui expriment d’où ils viennent et qui ils sont. J’aime ces femmes pour leur générosité, leur sens du partage.

L’une d’elles m’a dit un jour: « Tu sais Fred, nous, dans notre pays, ON COIFFE… et on fait A MANGER! », en riant aux éclats.

C’est peut-être ça le secret du bonheur: bouffer et se faire des tresses… 🙂


PARTAGER /101 Commentaires

  1. « j’adore ces femmes pour leur générosité et leur sens du partage » entièrement d’accord!!
    Puis leur bouffe est tellement bonne que je veux bien me faire tresser tous les jours!!!

  2. Pourquoi avoir peur des cheveux crépus ? Toi qui passe ton temps à bouclés, crépés les chevelures des unes et des autres ?
    Un conseil, apprend à coiffer les cheveux crépus est tu seras un roi !

  3. Merci Fred d’avoir percé ce secret pour nous!
    Il y a toujours plus de beauté dans tes films. Mais la belle de beauté. Celle qui rend heureuse.

  4. hey!!! Black power!!!! Sérieusement, c’est un bel hommage au cheveu crépu, mais maintenant comment dissocier la marque Goldys et la Lambada, Hein?
    Super ambiance, belles images et bande son, merci pour ce beau moment!!!!

  5. J’adore les africaines qui assument leurs bouclettes! Il y a cette fille dont je viens de découvrir le blog, chevelure de ouf, sourire rayonnant, corps de star, tu devrais zyeuter: mercredie, c’est le nom du blog. Chez ces filles qui assument et laissent vivre leur chevelure afro, cette crinière m’évoque les lions et je trouve que ça leur donne des airs de reine africaine avec une couronne solaire! Ouais ça m’inspire mdr

  6. C’est la première fois que je poste un commentaire, mais il fallait que je te dise cette fois-ci à quel point j’ai adoré cette vidée. J’aurais pu en regarder encore un heure!
    Merci 🙂

  7. Un poste amusant, généreux et édifiant… 🙂

    Je suis amie avec plusieurs femmes de couleur et il y a une chose que je leur envie un tout p’tit peu – que pour elles, porter des perruques c’est une chose tout à fait naturelle! Nous, les Blanches, on oserait jamais à porter des perruques sauf si c’est par obligation (traitement cancer, maladie) et non pas par plaisir ‘à changer la tête’.

    Je vois des fois la même perruque sur plusieurs têtes, reconnu par moi par, p.ex. une mèche en une couleur particulière – les filles les échangent entre elles – superbe !

    Une vidéo plein d’émotions, de joie de vivre et de rire… Une de tes plus belles prestations, cher Fred…. Et je vais l’envoyer à mes copines africaines avec email pour partager cet événement !

  8. j’ai adoré, et encore je l’ai vu discretos sans le son au boulot…je revisionne le tout ce soir bien installée dans mon canapé, avec le son! ah l’Afrique me manque….ce blog devient de plus en plus artistique, c’est cool

  9. C’est super intéressant !
    Il a beaucoup de choses dont je n’avais pas conscience pour ce type de cheveux, le fait que cela fasse mal de les coiffer par exemple, je n’y aurais jamais pensé !
    Et puis comme vu plus haut, le fait de porter des perruques tous les jours et d’en changer quand l’envie nous en prend… Je trouve ça tellement chouette, c’est vrai que c’est aussi quelque chose que j’associais plutôt à la maladie…
    En tout cas dommage de pas voir plus de cheveux crépus lâchés au naturel, c’est tellement… fou !
    Merci pour cette belle vidéo pleine de rires…

  10. C’est très chouette que tu t’y intéresse, ça fait plaisir ! surtout avec un reportage aussi cool. Et le jour où tu les coifferas on se sentira moins seule, enfin moi, avec mes cheveux métissés, mi-crépus/bouclés/frisés, on dirait des cheveux d’arabes mais en même temps trop frisés, ils sont vraiment métissés et je ne sais jamais comment les coiffer ! J’aimerais pouvoir varier entre les laisser libre et la crotte bordélique de temps en temps haha ! et j’ai beau m’acharner à faire des coiffures de « blanches » (genre les tresses etc) ça ne marche pas ! tout d’un coup ils sont trop crépus et dure… Alors le jour où tu les coifferas, je pense que je saurais quelle coiffure me faire. En tout cas je t’encourage à te lancer là-dedans, c’est pas si dure que ça, enfin je pense. Je te fais confiance ! 😉

  11. Vraiment une très chouette vidéo, très sensible. C’est marrant comment ça fascine les gens, les cheveux des noirs, comment ils font, etc… alors que c’est très décomplexé en fait !
    Est ce que le fait d’être toi-même coiffeur a facilité le contact, ou est-ce que tu pense que ça n’a rien à voir ? Je veux dire, est-ce que ça a été facile pour toi de recueillir ces mots, c’est des gens que tu connaissais avant ou pas ?

    1. nan je ne les connaissais pas … juste je crois que j’ai des facilités a créer certains liens avec des gens …. 🙂

  12. beau reportage …juste au passage les sous-titres étaient pas nécessaires, les cheveux quelque soit leur texture reste des cheveux, c’est bien d’avoir poussé la porte, ça te permettra de dépasser ta peur et peut être un jour de vraiment coiffer tous les cheveux

  13. Quelle belle video !! La photo est incroyable !
    Merci, merci de partager tout ça
    Claire
    PS : J’ai vu ton expo ce matin au Quai Branly, chapeau bas !

  14. La fin est bonne !!! La vidéo entière mais à la fin elles m’ont fait rire.
    Même sans sous-titres, on aurait compris je pense.
    En tout cas, encore une fois tu sais nous attirer Fred. MERCI
    Dilan

  15. ENFIN!

    tant de commentaires laissés et enfin cette incursion dans l’univers du cheveu afro et de la relation d’amour-haine que l’on entretient avec lui dès l’enfance, dans ce monde où l’occident, et donc le cheveu raide, reste la référence absolue.

    alors oui certaines se mettent à revendiquer leur natural hair tandis que d’autres se cherchent à travers des mèches, weaves, perruques, défrisages et autres artifices plus ou moins secrets que ces rires laissent deviner, de cette pudeur que ces sourires expriment, à parler de nos cheveux tels qu’ils sont vraiment, et donc de nous, tant entre femmes qu’avec nos hommes (se laisser toucher les cheveux par un homme est comme lui dévoiler une partie intime de notre féminité).

    ENFIN, oui, mais surtout MERCI, Fred, d’être aller à la rencontre de la femme africaine et de cette relation complexe qu’elle a avec ses cheveux, avec elle, et avec le reste du monde.

    une métisse transitioning… again!

  16. Ça me donne envie, très envie, d’avoir les cheveux crépus… si y’a des produits pour les défriser, pourquoi aucun qui permette de faire le truc en sens inverse ? Rien que ça c’est de la discrimination en fait… non ?
    Ces femmes qui te parlent, la voix que tu as pour les interroger, sans les brusquer, l’écoute que tu leur prêtes et ta patience infinie… laisser venir…
    Tu as de multiples dons, Fred.
    Tu me coifferas encore quand tu seras réalisateur, dis ? entre 2 films, pour te détendre la tête et les doigts…
    Merci pour ce beau documentaire.

  17. Un très beau reportage. Ces femmes sont émouvantes, drôles et pudiques, elle contraignent souvent leurs natures de cheveux tant une certaine norme esthétique domine.
    Mais, pourquoi ces sous-titres??
    Marine

    1. Les sous titres étaient une demande du musée car le son était faible quand on le diffusait, on était obligé de lire …

  18. Un reportage magnifique ! Ces femmes sont incroyables !
    (mais je te dis juste, il y a quelques fautes d’orthographes dans les sous-titres…)

      1. Oui, je suis d’accord, je l’ai trouvé top ce reportage!! mais les fautes d’orthographe m’ont un peu gênée… Dommage! Tout ne peux pas être parfait la première fois!! En tout cas, ça devait être une très jolie expo!!

  19. Bonjour Fred,
    Merci pour cette très chouette vidéo !
    Y’a Chris Rock qu’a fait un documentaire en 2009 intitulé « Good Hair » avec le point de départ suivant : que va-t-il dire à ses filles quand elles vont vouloir se faire défriser les cheveux?
    Du coup, il revient sur l’histoire, la politique et même l’économie du cheveux black. C’est orienté plutôt américain, mais c’est super intéressant !
    A bientôt pour de prochaines vidéos :*

  20. Salut Fred,

    J’adore ce reportage, qu’elles rigolent tout le temps, ça me rappelle des choses de quand j’étais gamine. Je suis « une blanche avec de grosses joues et de beaux cheveux » c’est ce que me disait ma super copine de maternelle et primaire, qui m’enviait ça, mes joues et mes cheveux, tandis que moi j’enviais ses tresses avec des perles au bout, c’était génial! Super joli et très amusant, enfin bon, on a grandi, on s’est perdues de vue mais qu’est-ce que j’ai comme super souvenirs avec elle, notamment en parlant de nos cheveux.

    Merci de faire remonter ces jolis souvenirs!

  21. Lectrice assidue sans jamais avoir commenté. Mais là ! Merveilleux reportage, merveilleuse galerie de portraits. Il y a de la vie, de l intelligence, des histoires de famille, de culture, de religion, de séduction…tout cela autour des cheveux ! Merci pour cette fenêtre sur le monde.

  22. Encore une belle vidéo ! Tout est dit par ces femmes, moi j’ai décidé de me défriser les cheveux à partir du lycée pour échapper au grand peigne afro de ma mère, c’était une vraie corvée. C’était plus pratique, moins douloureux, et contrairement à ce que certains peuvent dire très souvent, c’était pas pour avoir des cheveux raides comme les blanches, je ne voyais pas cet aspect, mais juste la facilité. Chaque choix de coiffure est personnel, certaines restent afro soit pour revendiquer leurs origines, soit parce que les défrisages leur abîment tellement les cheveux. Après les fans des tissages et perruques vont adorer changer de coupes toutes les semaines etc … Mais tout est très bien expliqué dans ton reportage, bravo. Les noires et leurs cheveux c’est une longue histoire d’amour.

    1. @ MissYakk
      🙂 J’ai fait la même expérience à Paris; mes amies congolaises ont toutes, sans exception, toujours eu un envie fou à toucher mes boucles blanches…. Elles me trouvent belle quand moi je les trouve belles elles avec leur style changeant tout le temps! 🙂 C’est un échange de culture pour moi; comme j’ai beaucoup appris sur un peuple et leur façon de penser et réagir, une culture qui est tellement différente de la nôtre. C’est un thème fascinant

  23. Et pour les femmes blanches qui ont les cheveux frises crépus ???!!!! Des idées de coiffure Fred??? Je veux bien être ton modèle !!!

  24. Super vidéo, par contre les sous-titres sont pas vraiment nécessaires. C’est pas parce qu’elles sont noires qu’on ne comprend pas ce qu’elles disent.
    🙂

  25. Cette vidéo est géniale !! Moi qui adore me coiffer je me suis toujours dit que j’avais de la chance d’avoir des cheveux lisses d’européenne ! Mais cette vidéo donne trop envie d’avoir les cheveux crépus ! Rien que pour aller dans des salons afros où elles ont l’air de beaucoup plus se marrer que dans des salons classique !

  26. Bonjour Fred !

    « L’intégration, ou comment en tant qu’immigré je dois changer mes cheveux pour m’intégrer. » cette phrase est mal formulée car oui je suis noire d’origine togolaise et antillaise mais je ne suis pas immigrée. Par ailleurs, là tu ne parles pas d’intégration mais d’assimilation ou comment je dois ou je pense devoir changer ma nature de cheveux pour passer inaperçue ou être soi-disant acceptée.

    Les représentations changent, évoluent pour cela il suffit de regarder tous les blogs de Nappy et de voir les évènements dédiés au retour au naturel.

    Autre point évoqué : le fait que le cheveux naturel est « dur ». Ce qu’il faut savoir c’est qu’avant on nous coiffait avec de la vaseline ou des produits similaires (produits qui étouffaient le cheveu au lieu de le nourrir) et que ces moments de coiffage étaient des moments de torture. Que de larmes versées …
    C’est pour cela que beaucoup de femmes pensent qu’il est plus facile d’entretenir un cheveux défrisé, c’est qui est faux. Merci au beurre de Karité, à l’huile de coco, à Aubrey organics, Shea moisture, Giovanni et consort…

    Je voulais juste terminer sur un point qui me semble très important : les grands groupes de cosmétique ont un rôle hyper important dans la représentation que certaines ont de la « beauté noire » (ce qui ne veut rien dire car il n y a un type de beauté noire). Je repense notamment à certaines campagnes où l’on voyait une Beyoncé avec le teint était hyper clair et des cheveux lissés (en fait c’était soit des perruques soit des extensions) à l’extrême. D’autres part, il ne faut pas minimiser le regard de certains hommes « noirs ». Au lycée, j’avais des amis qui me disaient qu’ils ne se voyaient pas sortir avec certaines filles car elles n’avaient pas les cheveux longs ou pire car elles avaient les cheveux crépus. Là aussi les choses changent.

    Je souhaiterais terminer (ce texte complètement décousu) sur certains souvenirs autour des cheveux qui me reviennent en vrac … je repense à un de mes collègues qui dit à une élève que ses cheveux sont « marrants » et moi de le reprendre en lui faisant remarquer qu’ils ne sont pas marrants mais seulement crépus ; je revois A, élève de CM2 déjà conditionné à ne pas aimer sa propre nature de cheveux, qui emmerde sa camarade toute une journée car elle porte un afro (d’habitude elle avait des nattes) ; je n’oublierai jamais O qui lors d’une séance de mathématiques nous raconte que sa maman porte des perruques car elle n’a pas le temps de se coiffer. C’était inopiné et jusqu’à présent mes élèves m’en parlent.

    Puisque le cheveu crépu te fait peur, il serait intéressant que tu ailles à la rencontre des femmes noires et qu’elles te montrent les produits qu’elles utilisent et les différents coiffures possibles. Tu découvriras à quel point le cheveu crépu est versatile.

    Bon week-end.

  27. Trop bien cette vidéo!

    Je suis partie en Zambie et là bas la première chose que les enfants ont fait après nous avoir sauté dessus, c’est toucher nos cheveux!

    D’ailleurs là bas j’en ai profité pour me faire tresser deux fois et mes amies zambiennes ne comprenaient pas pourquoi!

    C’était vraiment drôle et aussi de voir le rapport qu’elles ont au cheveux. Je trouve ça bien que les jeunes assument leur cheveux afro au naturel de plus en plus, c’est tellement jolie!

  28. Et dire que j’arriverai à Paris juste après la fin de l’expo, je suis tellement déçue.
    Merci de partager tes vidéos pour ceux qui n’ont pas la chance de le voir sur place!
    Encore une fois une vidéo très sensible tout en donnant un bon gros sourire.
    Des fois j’aimerais bien plus de volumes, mais je suis tellement contente de pouvoir me démêler les cheveux en 15 secondes chrono. 😀

  29. J’ai KI-FFE! Si c’est ce que ça donne quand tu te lances sans trop savoir où tu vas, tu devrais essayer plus souvent!

  30. Merci pour cette très belle vidéo !
    J’aime beaucoup leur réaction à ta question sur les hommes et le droit de toucher leur cheveux 🙂
    Elles sont belles ces femmes avec leur énergie, leur sourire, leur rire et leur générosité.
    Quand je suis allée en Afrique, les deux fois, je me suis tressée les cheveux (dont une fois avec des mèches) pour être tranquille et pouvoir oublier ma tignasse là-bas. On m’appelait Rasta ! 🙂

  31. J’aime beaucoup cette video et le sujet 🙂 Les femmes noires ont encore a apprendre sur leur cheveux, elles ont voulu faire comme les européennes en les défrisant alors que les cheveux afro, les tresses tout ça c’est leur identité et c’est tellement beau.
    Il y a une jeune femme sur le net qui tient un blog « naturi ebene » et qui a trouvé des recettes maison pour soigner et coiffer les cheveux afro et le résultat est magnifique:) Mesdames vous êtes belles restez vous mêmes!

  32. Merci Fred! Merci beaucoup!
    Je suis métissée franco-sénégalaise avec des cheveux fins et frisés et je ne m’autorise qu’à les boucles (joliment) que depuis que je lis ton blog.
    Cet article montre bien que si, nous femmes d’origine africaine, nous passons notre temps à lisser, défriser, attacher, plaquer, cacher et martyriser nos cheveux c’est qu’on ne nous laisse pas la possibilité de faire autrement. Espérons que ça change 🙂

  33. Superbe reportage !
    Ces femmes sont toutes joyeuses, elles font plaisir à voir ! Et elles ont l’air d’accorder beaucoup d’importance à leurs cheveux, on ne voit pas ça si souvent finalement…

  34. Tout simplement bravo… je regarde souvent tes vidéos par plaisir, pour leur esthétisme, pour ton savoir faire. Mais là, c’est juste intelligent, drôle, intéressant et même passionnant. On a l’impression d’être dans la vraie vie. J’ai adoré quand tu leur demande si les hommes ont droit de toucher leurs cheveux… Leur silence, leur regard est incroyable. C’est une histoire de femmes racontée par un homme qui s’intéresse vraiment aux femmes. Fais donc les 43 autres longs-métrages !

  35. J’ai envie de dire : Merci Fred !
    Super vidéo… Je l’avais regardée deux fois de suite à l’expo, bien calée dans le vieux cuir défoncé, et là je n’ai pas résisté à la regarder encore. Elles sont toutes géniales. Mention spéciale à Corine et sa copine.

  36. Hello Fred! Très beau reportage, il te manque juste la version antillaise pour parfaire ta connaissance des cheveux Afro 🙂 car c est encore une histoire différente 😉

  37. Premier commentaire de ma vie!!!! J’en suis toute emue.

    Tu as un sens de l’esthetisme et une facon d’aborder les choses que j’adore.

    J’aurais voulu que ce film dure des heures.

    Les femmes sont belles quelques soient leurs origines et leur natutre de cheveux…

    Des bisous

  38. Je suis allée à l’expo et j’aime beaucoup ton travail de manière général. Mais là j’ai trouvé cette vidéo trop contemplative. Je comprend si tu y allais pour la première fois, que tu ne connais pas se milieu pourtant je pense que tu aurais pu axer un peu plus sur les problématiques que rencontre une femmes noir (ou pas) avec les cheveux crépus. J’ai trouvé ça un peu trop « alala c’est drôle on peut changer de tête tout le temps ». Alors que sans faire dans la dramaturgie c’est encore super mal vu dans notre société et c’est pas hyper simple d’assumer ses cheveux naturels, de devoir limite les brûler pour faire plaisir au patron, de devoir expliquer aux gens (pas forcément mal attentionné) que non ce n’est pas sal, que oui on se coiffe même si on n’a pa

    1. pas de tresses ou juste trouver un coiffeur qui ne te soûle pas pour te les défriser. Toutefois j’ai apprécié ce que tu sais toujours faire ressortir, le côté chaleureux de ses femmes. ça reste bien que tu es pensé à faire une vidéo sur les cheveux afro et j’attend avec impatience que tu les coiffes!
      peace love flex

  39. bonjour Fred,

    Là il fallait que je commente, je me suis tellement retrouvée dans ce reportage…C’est vrai que ce n’est pas facile d’entretenir des cheveux naturels, et qu’on a du mal à trouver des conseils, autant chez les coiffeurs africains que chez les européens, parce que tout le monde est mal à l’aise avec. Moi je les ai toujours aimé mes cheveux, métissage Sénégal/Pologne/France. Maintenant je les laisse pratiquement toujours lachés, ils m’arrivent aux épaules. Ils fascinent pas mal, mes amis les touchent tout le temps, on dirait de la laine.
    Je les ai défrisés une fois, et bien c’était une belle erreur, et ça me prenait plus de temps d’entretien !
    L’entretien justement: voici mes « clefs du succès » !
    -les laver 1 fois tous les 5 jours maximum (moi je le fais le soir parce qu’après)
    -mettre de l’huile végétale GRASSE sur les longueur (en temps de crise et en temps de faste, la meilleure reste pour moi l’huile d’olive),appliquer un masque riche (crème intense rené furterer, bain phytospecific, masque à la rose aeops), attacher ses cheveux et dormir. Les rincer le lendemain, et les sécher à l’air libre. vous êtes wonderwoman.

    -tous les jours: hydrater avec de l’eau et une crème (je n’ai pas encore trouver le graal, celle d’aesops est super mais le pot est trop petit)
    -tous les deux jours: les mouiller entièrement, refaire vite fait un masque et rincer. Je le fais pour les réassouplir parce que c’est vrai qu’ils cartonnent vite.

    Et voilà !

  40. Entendre ces femmes dire qu’elles sont obligées de se défriser les cheveux c’est dommage. Personnellement j’ai toujours trouvé les cheveux crépus super beaux, ceci dit je dois être une des exceptions.
    En tout cas c’est un reportage très sympa 🙂

  41. Bonjour Fred,

    Je sens dans ton reportage beaucoup de souffrance malgré les rires… S’entendre dire que ses cheveux sont sales ou négligés simplement parce qu’ils sont crépus c’est dur…Les cheveux et les cheveux crépus en particulier sont symptomatique d’une société, de croyance et finalement d’une identité, de son identité.
    Merci d’avoir levé une partie du voile du monde des cheveux crépus!

    Bonne continuation

  42. « Goldys a cramé des têtes hein ! » Hahaha j’adore cette nana, toutes, elles mettent de bonne humeur… Merci pour ce docu, c’était passionnant, j’avais pas le quart de l’idée de la galère que c’est… Je vois souvent des afros à la fac, je les trouve superbes, il y en a une avec des tresses immenses et épaisses comme des lianes, ça lui fait un chignon comme une tour de pise sur la tête, magnifique. Solange Knowles a la classe par exemple. J’aime beaucoup la couleur humaine qu’a pris ce blog ces dernières temps (même si c’est toujours humain, vivant, petillant, mais je me comprends, la plus), j’ai été très touchée par Alexia.

    Bonne continuation !

  43. 🙂

    C’est une chouette vidéo que tu viens de faire là. J’avoue que je suis partie avec beaucoup d’appréhension; j’avais peur que tu parles mal de cheveu afro, des cultures et des enjeux qui l’entoure. Mais je trouve que c’est réussi. Et puis les personnages sont si attachants même si je ne suis pas du tout de leur avis, que je suis du coup « militant naturel » on dira.
    Je t’invite moi aussi à voir le film de Chris Rock. On y voit cette compétition complètement démente aves des coiffeurs et coiffeuses réalisant des coiffures dans des situations incroyables. Et un d’entre eux est…. Blanc. Le choc. La grosse surprise. Je me souviens plus le nom de ce coiffeur, mais il était parti favori de la compèt’
    Tout ça pour t’encourager dans ta curiosité pour les cheveux crépus. Qui sait, tu pourrait bien devenir le roi de Château d’Eau… 😀 De l’ambition Fred!

  44. J’adore ton reportage. Entrer dans l’intimité de femmes en toutes simplicité et échanger sur leur pratiques de beauté. On se sent comme chez soit en regardant ce petit docu, vraiment top. En espérant qu’il y en ait plein d’autres

  45. First visit and first comment!
    Je viens de me délecter de ces 14 min et 3 secondes de spontanéité, de bonne humeur et surtout de vérité.
    Amicalement. 🙂

  46. Ouaaaaaaaaaah et dire que je l’avais ratée celle-là! Elle est top cette vidéo! Merci merci merci! Et comme toujours, une bande son au top! On ne le dit pas assez!
    Darondo <3<3<3
    (c'est toi qui choisit le son de tes vidéos ?)

    Bises

  47. Ca m as fait penser a cette femme la : http://www.afrik.com/article20484.html?debut_liste=147 . Mais regarde c est vraiment impressionnant quand tu la vois dans la rue tout les gens se retournent on dit d’elle qu’elle aurait fait des pubs etc etc. Elle se balade beaucoup à saint-Denis! sinon ce reportage est très beau et puis ces femmes sont drôles elles sourient toujours! Leur rapport a la beauté au cheveux est vraiment fascinante je sais pas si tu as vu le documentaire « Good hair » de Chris Rock il est hyper intéressant et drôle il faut vraiment le voir!

  48. Ha je suis contente que tu t’intéresses aux cheveux afros :-). J’avais fait un mémoire d’études là dessus, il y a quelques années et c’est un sujet absolument passionnant. Il y a des interrogations culturelles, identitaires, de féminité dans ce cadre. Le retour au naturel depuis quelques années aussi et sa signification. Moi je suis métissée Malienne/Martiniquaise et j’ai des cheveux crépus, du coup c’est pour cela que le sujet m’intéressait et m’intéresse encore. C’est pas évident de se situer quand on a les cheveux crépus, j’ai longtemps rêvé à l’adolescence d’avoir des cheveux lisses comme mes copines blanches(ce qu’elles racontent sur les produits défrisants à base de soude avec ton cuir chevelu qui brûle et les cheveux qui partent, c’est pas des blagues, on est beaucoup à avoir connu malheureusement). Puis avec l’âge, j’ai découvert d’autres modèles, je me suis aussi rendue compte que mon cheveu crépu est différent, mais que je peux l’apprécier comme il est. Je réfléchis beaucoup à ce que représente le cheveu crépu pour moi en tant que femme et en tant que femme noire. Bref, je suis contente que tu aies parlé de cheveux afro et j’espère bien que tu nous referas de bons petits reportages et tutoriels (oui vraiment ça ce serait trop trop cool :-). Merci !

  49. Enfin une vidéo ou je me reconnais !!
    Bien sur j’adore tes tutos coiffure habituels…mais pour pouvoir les réaliser la plupart du temps, il me faut un bon coup de lisseur avant ! :p
    Mes cheveux sont plutot frisés que crépus… issus d’un metissage crépu-ondulés, mais il faut avouer que le beurre de karité, largan et les bains dhuile en tous genres sont mes meilleurs amis !
    En tout cas, de par mon experience je peux t’assurer que les cheveux crépus/frisés paraissent impressionnant seulement quand on ne sait pas trop quoi en faire, ni comment… Il suffit de peu (un défrisage raté pour reprendre lexemple de ta video) pour se rendre compte à quel point ce buisson qui parait impénétrable, peut être fragile ! Beaucoup ont les cheveux fins et doux…à condition d’utiliser les bons soins 😉

    A quand un tuto sur cheveux crépu ? En tout cas, remercie bien ces femmes pour tout le bonheur et la joie de vivre qu’elles transpirent !!

    A très bientot,
    bisous de la Réunion… pas loin de l’Afrique ^^

  50. Premier petit commentaire… mais je viens souvent sur ton site, que j’adore soit dit en passant.

    Ce petit film est juste génial. Il y a une véritable justesse du propos, ça prouve bien que le veuch est lié à une image, une histoire, une origine. Bref, longue vie au veuch !

  51. Génial ce petit reportage!! Elles m’ont fait éclater de rire dans leur salon! Entre les produits qui leur cramaient la tête dans les années 80 et celles qui se « crament la gueule » pour éclaircir leur peau! C’était trop drôle, et ça donnait envie d’aller passer du temps avec elles pour discuter et rigoler un bon coup!!

  52. Je vous avoue que j’ai garder le sourire durant tout le long ! ( Je l’ai encore en écrivant ce msg.)
    Ca fait plaisir qu’il y ai de l’intérêt pour l’esthétique destinée aux femmes noires et non pas seulemnt parce que c’est un marché juteux comme les marque Dop ou encore Nivea.
    Là on sent qu’il y a une réelle approche de la coiffure mais aussi de la culture sans oublier les bons et les mauvais côtés de la chose.
    Bon je m’arrête la parce que je pourrais partir sur un monologue entier ! Mais dans tous les cas j’adhère à cette initaitive et je dis BRAVO !

  53. Coucou Fred,
    Je suis ton blog depuis un petit moment et dois dire que j’admire ta passion pour ton métier.
    Je porte depuis peu mes cheveux crépus « Afro » et j’apprends à les entretenir tous les jours!! ce qui prend énormément de temps, mais je les aime d’amour mes tifs!!
    Une question, as tu déjà coiffé sur cheveux afro?(coupe ou simple coiffure)

  54. Une vidéo très interessante !
    J’habite en plein barbès et les coupes affros tout cela reste un grand inconnu, surtout qu’ici il n’y a que des magasins pour, et là tu m’aides un peu à m’insérer dans cet ‘autre’ monde, merci !

  55. Blanche comme un doliprane avec une afro à la Inna Modja, assumée depuis si peu (merde, je les aime mes cheveux quoi!), ta vidéo m’a beaucoup touché ! Merci Fred !

  56. De très belles femmes !
    Je ne connais rien aux cheveux crépus, ni sur la culture qui va avec ! Pourtant, ayant les cheveux frisés et très secs, je trouve que ça serai intéressant d’en savoir plus sur leurs cheveux et surtout leurs recettes pour pouvoir mieux dompter et soigner les miens !
    Merci pour ce reportage !

  57. Salut,

    Merci à Fred pour ce reportage, c’est cool de voir que tu es curieux du cheveu crépu. Mais, depuis quelque temps, il y a un mouvement « éclairé » autour du cheveu crépu qui brise pas mal de préjugés que j’ai pu entendre dans cette vidéo. Par exemple: « coiffer le cheveu crépu fait mal. » C’était vrai quand j’étais gamine juste parce que ma mère démêler mes cheveux comme s’il s’agissait de cheveux raides avec des peignes à dent serré #torture. Mais aujourd’hui, on sait que le cheveux crépus se démêle au doigt ou avec un peigne à dents larges et surtout pendant la pause de son après shampoing. J’ai arrêté le défrisage en 2010 et c’est la meilleure décision que j’ai pu prendre. Mon entourage a tenté de m’en dissuader en m’expliquant que le cheveu crépu n’est pas professionnel mais en fait je n’ai jamais eu de pb au travail.
    Bon je pourrais rester papoter longtemps autour du cheveu crépu…^^

    Mais, si l’envie te reprends de faire une vidéo sur le thème n’hésite je serai ravie de la voir !

  58. Hello Fred !
    Milles mercis d’avoir fait ce reportage, comme toutes les autres j’aurai pu regarder pendant des heures et des heures. C’est la première fois que j’en vois un en français et ça me fait chaud au coeur car toutes ces discussions me sont très familières (je crois qu’un tiers de ma vie a été consacré à discuter/s’occuper de cheveux haha) !
    Si un jour tu en refais un, je veux bien en faire partie 😉

    P.S.: il sent bon l’été l’habillage de ton blog !

  59. Superbe vidéo, encore mieux que d’habitude, pour la découverte!

    Cela dit, je ne comprend pas tout à fait le thème de la douleur. Je m’étais fait faire (précisions, je n’ai pas les cheveux crépus du tout), ado, des tresses plaquées (plein plein de toute petites) par une amie (d’origine africaine) et ça m’avait fait hyper mal! donc peut être est-ce simplement le fait de tresser de manière très serrée les cheveux qui est douloureux, surtout plaquée sur la tête. Peut être plus encore plus douloureux si le cheveu est dur comme elles le disent. Je me souviens mon amie m’avait dit « c’est les petites filles qui pleurent ! ».
    Je réalise seulement maintenant, que toutes les semaines, ca doit pas être drôle :/

  60. Je trouve très triste que le fait d’avoir les cheveux crépus soit considéré comme une tare, un défaut, un truc à cacher, sinon ce n’est pas « propre » ni « professionnel ».
    J’espère que le mouvement de libération du cheveux crépus va continuer!
    La coiffeuse est géniale et pleine de bon sens. 🙂

    Bonne idée de video, c’est bien d’aller vers ce qu’on ne connait pas, c’est comme ca qu’on avance je pense.
    Hey Fred, pourquoi pas une série? découvrir les différentes « cultures cheveux » d’une région du monde à l’autre? 😉

  61. Moi aussi en ce moment j’ai une obsession pour les coiffures afros en tout genre pour un projet en créa (design textile). Il y a un documentaire de Thomas Mauceri super intéressant sur le sujet : « Mouton Noir ». Le film vaut vraiment le coup!

  62. Très beau documentaire, j’ai adoré.

    Je confirme que pour les entretiens c’est compliqué, je suis redevenue naturelle sur la fin de mes études il y a 2 ans, j’appréhendais beaucoup les entretiens d’embauches mais finalement ça n’a pas semblé compter pour les gens, ce qui est plutôt rassurant.

    J’ai adoré les propos de la jeune fille qui préfère être défrisée car c’est plus facile à coiffer. Je pensais comme elle a son âge, mais depuis j’ai révisé mon jugement. A entretenir et à coiffer le cheveux défrisé est bien plus compliqué. Déjà sans brushing on ne ressemble à rien, puis en terme de soin il faut compenser l’agression chimique, les cheveux sont ultra-secs, poreux et se cassent. Le cheveux afro finalement est plus simple à coiffer dès que l’on a compris comment s’y prendre: TOUJOURS DÉMÊLER SUR CHEVEUX HUMIDES (avec un peigne à dents larges)! Sans ça, je confirme c’est une torture atroce, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps enfant. Ma mère démêlait mon afro Jackson 5 (4c) à coup de vaseline et de micro-peigne (comme beaucoup d’autres mères), je priais secrètement pour que l’on m’achève 😛

    Je t’avoue adorer tes coiffures mais j’avais délaisser ton blog car justement tu ne parler pas des cheveux afros. Aujourd’hui, tu es mon héros. Si tu veux tenter une coiffure sur mon afro un de ces jours tu deviendras mon Dieu car oui, mettre mes cheveux entre tes mains d’expert c’est mon rêve de beautysta 😉

  63. Beau reportage, d’autant plus qu’il n’est pas toujours aisé d’inciter les femmes noires à parler de leur cheveux; Entre tabou, secret, complexe mais aussi fierté de ne pas toujours avoir a expliquer le pourquoi du comment.
    Je suis moi même une jeune femme d’origine béninoise, qui récemment est revenue au 100% naturel, dit « nappy » pour le terme marketté. Il y en a de plus en plus comme moi, mais je garde le sentiment qu’au delà d’un perception très exotique du cheveux noir la société française n’est pas encore arrivée au bout du processus pour nous accepter telles que nous sommes vraiment. Et quand je dis société française cela inclu toutes les origines, y compris certaines communautés noires qui perçoivent encore et toujours le cheveux afro porté au naturel comme une forme de négligence qui ne correspond pas à l’idée de la beauté féminine soit une cheveux portés long et raides, éventuellement bouclés.
    Sur mon blog j’ai un album photo consacré à la beauté du cheveux afro : http://ismenecledjo.com/i-❤-my-hair/. Toi qui a l’air de t’intéresser au cheveu sous toute ses formes tu devrais apprécier.

    Pour finir je dirais, qu’aujourd’hui encore même si j’aime mon cheveux afro, au delà de toute revendication politique, au quotidien cela reste une sorte de galère capillaire, pas seulement dans le sens où ce cheveu demande beaucoup de soin, mais surtout dans la mesure où je cherche encore cette coupe de cheveux qui me conviendra parfaitement, j’ai encore peur de la couleur qui ruinerait tous mes efforts pour avoir un cheveux sains.

    Voilà un petit témoignage en sus.

    kirazeen

    ps : c’est lacewig et pas neswik! 😉

  64. Bonjour Fred!

    Je suis très heureuse de découvrir cette vidéo. Je suis moi même métisse aux cheveux crépus et je prépare actuellement un projet sur ce thème. Est-ce que tu pourrais me dire où se situe le salon de coiffure où tu as tourné?
    Bonne continuation à toi,

    Soraya

  65. Bonjour Fred,
    Ton blog je le connais depuis très longtemps et ça me fait plaisir de voir cette vidéo. Ce qui me fait plaisir, c’est de voir qu’une personne blanche s’intéresse à ce sujet et fasse une vidéo aussi vraie sur la relation des femmes noires et leurs cheveux.
    Je suis noire aux cheveux crépus et comme toutes mes amies black, on nous a toujours dit de défriser nos cheveux ou de les cacher avec des tissages et autres perruques. Le mouvement nappy « natural happy » qui vient des USA et qui existe depuis dix ans maintenant nous a sauvés. Ça fait 3 ans que je suis « naturelle » que j’ai arrêté le défrisage pour assumer ce que je suis.
    Le cheveu crépu, comme tous les autres cheveux, est beau. Il suffit d’y prendre soin et de s’assumer. C’est bête à dire, mais les femmes noires n’assument pas la nature de leurs cheveux qui poussent sur leurs propres têtes alors que toutes les autres ethnies, caucasiens, indiens etc l’assument.
    Ta vidéo est merveilleuse. Merci.
    Amicalement,
    Jo
    P.S: premier commentaire. Il faut faire un vœu dans ce cas là, non ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.