Les gens

SLOW COSMETIQUE / comment décrypter les étiquettes

Julien Kaibeck c’est le gourou de la slow cosmétique. Un mouvement que j’apprécie tout particulièrement parce qu’il est vraiment honnête selon moi et a du sens . Vous savez parfois, un label bio n’est pas joli joli, c’est du marketing tout ça, et finalement derrière ce label bio bah y’a une marque qui s’en fou de votre santé, elle a juste payé pour avoir son logo. Avec slow cosmétique on peut consommer tranquille, les marques sont triées sur le volet et ils sont intraitables.

J’aime bien Julien parce qu’il est détendu avec tout ça et surtout très drôle. Ce n’est pas le genre à vous faire culpabiliser s’il vous voit utiliser un shampooing Fructis de merde. Au contraire, il rigole et explique comment faire mieux. Rien de pire que les gens qui vous font culpabiliser sur vos habitudes pourries.

Sur son site « l’essentiel de Julien » il nous donne les outils pour y voir plus clair. Des recettes pour faire soi-même. Car c’est ça aussi la slow cosmétique, on fait beaucoup de produits soi-même.

Là on a passé mes produits chouchou au banc d’essai 😱 , ça va c’est pas horrible mais du coup je suis encore plus vigilant depuis.

Je trouve ça bien de conscientiser à tout ça, que ce soit pour la bouffe ou la cosmétique , sans se transformer en grosse relou qui hurle dès qu’elle voit un silicone. Ca va quoi ! on se met pas non plus de l’acide sur la gueule. On se détend , on respire et on change ses habitudes en douceur, c’est plus juste je trouve… enfin pour moi en tout cas c’est comme ça que je fais, petit à petit.

Je vous laisse avec cette looooongue video pleins de tips pour se repérer dans tout ça.

Je vous mets la liste des perturbateurs endrocriniens à apprendre par coeur :

  • Cyclopentasiloxane (émollient dans les shampooings notamment) et dimethicone (silicone dans les fonds de teint)
  • Diethyl phtalate (plastifiant, dans des vernis ou des base makeup)
  • Methyl-, propyl-, buthyl-, ethyl-, isopropyl-, et benzylparaben (des conservateurs)
  • Phenoxyéthanol (conservateur et co-solvant)
  • Triclosan (conservateur, surtout dans certains dentifrices)
  • EDTA (conservateur récurrent dans les savons industriels par exemple)
  • Parfum synthétique aux phtalates : le mot parfum non suivi d’une astérisque dans un cosmétique non bio désigne, pas toujours mais souvent un parfum synthétique, et donc la présence possible de phtalates (qui fixent le parfum).
  • Oxybenzone (filtre UV présent dans beaucoup de produits solaires et anti-âge).
  • BHT et BHA (conservateurs)

 

Des bisous

prenez soins de vous !

XX


PARTAGER /11 Commentaires

  1. Merci Fred merci Julien! La maïzena je l’utilise en shampoing sec, ça donne un peu de volume effectivement sur les cheveux un peux raplapla et entre 2 lavages 🤗

  2. Lorsque mes deux chouchous du net se retrouvent dans une seule et même vidéo … que de bonheur !
    Merci 🙂

  3. Superbe cette vidéo ! mais alors du coup ! tu vas faire quoi Fred ?? tu vas toujours les utiliser tes produits ? et les autres ? shampoings etc…. Est ce que Fred va rentrer dans l’univers du naturel, bio etc …??? that is the question…!!!

  4. aahahah mais nooonn je viens de regarder cette vidéo et suis allée vérifier les composants de mes shampoings et après shampoings de la marque AESOP… mais quelle arnaque me suis faite avoir par le packaging !!! pfffff cette vidéo est une pétite ^^

    Merci

  5. Super vidéo 🙂

    La maïzena je l’utilise aussi en shampoing sec avec une touche de cacao dedans comme je suis brune. Pas très glam mais ça fait le boulot 😉

  6. Bravo Fred, c’est super que tu te préoccupes des ingrédients de tes produits chouchou ! La seule chose qui me fait réagir est dans le texte : « Vous savez parfois, un label bio n’est pas joli joli, c’est du marketing tout ça, et finalement derrière ce label bio bah y’a une marque qui s’en fou de votre santé, elle a juste payé pour avoir son logo. »
    Ben non, pour avoir un label Cosmebio ou Nature&Progrès par exemple, qui sont officiels, il y a un vrai cahier des charges, et une belle garantie, sinon d’efficacité, au moins de relative innocuité (sauf en cas d’intolérance à certaines huiles essentielles).
    http://www.generationscobayes.org/nos-actus/le-top-7-des-labels-bio-en-cosmetique-quand-ton-body-te-dit-merci
    Ce qui est vraiment pas joli joli, ce sont les mentions Naturel ou Camomille biologique, qui font croire que le produit est naturel ou bio, quand seuls quelques ingrédients le sont mais que l’ensemble est basé sur la pétrochimie ou plein de conservateurs néfastes…
    Je t’encourage vivement à poursuivre tes recherches et à approfondir le sujet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.